Karim Tedjani, portrait d'un écologiste engagé dans la lutte contre le coronavirus




Irada 22.04.2020 19:00 461


L’équipe de la plateforme irada témoigne de l'implication des acteurs de la société civile dans la lutte contre la propagation du coronavirus et de leur mobilisation sur le terrain afin d’agir auprès des populations les plus menacées par la pandémie. Elle décide de consacrer des espaces pour promouvoir leurs iniatives et mettre en lumière leur engagement dans ces moments de crise .

Dans ce portrait , On revient sur le parcours de Karim Tedjani, son combat écologique et son quotidien durant ces moments de confinement.

Karim, milite depuis au moins dix ans pour une Algérie plus respectueuse de l'environnement, mais aussi plus consciente de la dimension éminemment écologique des cultures et traditions vernaculaires algériennes. C'est ainsi qu'il invente et développe, au fil de son parcours, le concept de "Darologia", qui, selon ses propres dire est "une écologie politique d'Algérie, à la fois universelle mais aussi profondément ancrée dans une matrice culturelle nord africaine.

Web master, créateur de médias internet, reporter indépendant, conférencier, animateur d'atelier, photographe, Karim travaille sans relâche à multiplier et diversifier les occasions et moyens de diffuser son message ; encore plus d'informer, de sensibiliser, d'apprendre du travail des autres.

Il a notamment crée en 2010, "Nouara" un des tout premier outil web totalement dédié à l'écologie ainsi que l'environnement en Algérie qui est devenu au fil du temps un véritable site de référence en la matière; où se rencontrent une revue de web de plus de 5000 articles de presses, des éditos de Karim Tedjani, ainsi qu'une plateforme favorisant la connexion entre tous les internautes intéressés ou actifs dans ce domaine.

En parallèle, il sillonne régulièrement de nombreuses régions d'Algérie, aussi bien pour en explorer la richesse écologique, en découvrir le patrimoine culturel et historique que pour rencontrer et collaborer avec un grand nombre d'actrices et d'acteurs de l'écologie algérienne.

Pour ce "Darologiste" convaincu et donc passionné, le voyage n'est pas seulement une activité professionnelle ou militante, c'est un art de vivre, une philosophie, un retour à la nature nomade de ses origines sahariennes, une manière cohérente d'allier l'utile à l'agréable.

Cependant, dès les premiers indices d'une présence du virus Covid 19 sur le territoire algérien, il décide d'assumer ses responsabilités et, après avoir publié une vidéo sur les réseaux sociaux où il invite les Algérien(ne)s qui le peuvent à se confiner, il entame lui-même un confinement qui dure déjà depuis cinq semaines environs.

"Même si je suis assez frustré de ne pas pouvoir continuer à voyager à travers mon pays et que cela a une incidence palpable sur mon activité professionnelle, je reste malgré tout positif et surtout centré sur mes objectifs ainsi que ma vision. " nous confie-t-il.

Cette pandémie trouve en grande partie des origines dans un mode de production et de consommation mondial très agressif envers l'environnement et donc pour la santé humaine. On peut ainsi voir dans ce confinement l'occasion d'une pause salutaire, d'une remise en question de beaucoup de nos habitudes qui, dans un tel contexte, ne sont plus possible de satisfaire.

J'ai toujours dit que si le 20 emme siècle était celui de la vitesse emballée, celui dans lequel nous vivons actuellement est de ce fait condamné à être une redécouverte de la lenteur maitrisée, et non pas subie, du "9oul 3otla fiha kheyr..." (à chaque attente il y a du bon...)

Du coup, j'en profites pour lire beaucoup, perfectionner mes connaissances dans de nombreux domaines tels que la philosophie, l'économie, l'histoire et bien entendu la science qui sont forcement liés à mon domaine d'expertise, l'écologie politique.

Je consacre également une grande partie de mon temps de confinement à la production et publication de vidéos conférences ainsi que des podcats sur la chaine You tube que j'ai récemment crée "DAROLOGIA TV". Mais comme on dit, "tout est poison, rien n'est poison, c'est la dose qui fait le poison", il ne faudrait que cette pause dure trop longtemps et surtout qu'elle soit aussi un moyen pour certaines volontés malveillantes un prétexte idéal pour réduire nos libertés !

Articles connexes

REJOIGNEZ-NOUS


Alternative content