Kahina nous livre sa bataille face au coronavirus




Irada 23.04.2020 23:00 412


La pandémie du covid-19 se propage d'une façon alarmante,  plus de 2,6 millions de personnes ont été contaminées par le Covid-19 dans le monde, dont plus de 184 000 en sont décédées.

Pourtant, plus de 280 000 personnes ayant été testées positives au Covid-19 se sont rétablies, c'est le cas de  Kahina,  une jeune étudiante Algérienne de 27 ans, partie en France y'a 4 ans de cela pour poursuivre ses études en chimie organique.

Guérie du coronavirus, elle partage avec nous son expérience éprouvante face au Covid-19 et adresse un message d'espoir aux personnes atteintes du virus.

" Combattre un virus mortel est une épreuve terrifiante, mais j'y suis arrivée. Aujourd'hui, je me considère comme une survivante du coronavirus " nous confie la jeune étudiante.

Au début, honnêtement je savais que la crise est mondiale et que ce virus se propageait d'une façon alarmante mais je ne me sentais pas en danger, ce que je qualifierai aujourd'hui d'inconscience et de manque de vigilance, certes je me désinfectais les mains souvent mais je ne faisais pas assez attention quand j'étais en contact avec les gens, chose qui arrive souvent car la nature de mon boulot que je fais à mis temps l'impose.

Très vite le covid-19 gagnait du terrain, en Europe le bilan s'alourdissait de jour en jour et la France en particulier affichait des chiffres alarmants, d' où l'instauration des mesures de prévention.

Une fois les dispositifs de confinements imposés, j'ai respecté le plus strictement possible ses mesures, je ne sortais qu'une fois par semaine pour faire mes courses, je ne recevais personne et je profitais du temps pour me reposer et pour étudier. Loin de me douter que les jours à venir allaient être les pires de toute mon existence.

Tout a commencé la nuit du 22 Mars, je toussais beaucoup et ma gorge était très sèche, voulant écarter toute idée que ça pourrait bien être ce que le monde entier redoute aujourd'hui, j'essayais de me convaincre que c'était juste mon allergie saisonnière.

Le lendemain la toux s'accentuait, accompagnée de maux de tête et de fièvre, la journée était terrible mais bien plus facile que celles qui allaient suivre.

Plus les jours passent et plus je me sentais très mal, je n'arrivais même pas à tenir debout, le chemin de ma chambre à la salle de bain m'épuisait, entre

Fièvre, vomissements et diarrhée, auxquels s'ajoutent des maux de tête et des courbatures. J'ai résisté deux jours avant d'appeler les urgences.

Un médecin et une infirmière se sont présentés chez moi, bien protégés avec leurs camisoles, masques, lunettes, je pouvais à peine voir leurs visages. J'avoue que leur présence m'a rassuré car durant les jours passés je craignais mourir seule sans qu'on ne s'aperçoive.

Ils m'ont fait le test de dépistage et m'ont confirmé que je représentais bel et bien les symptômes du covid-19,  toutefois ils ont jugés que ce n'était pas nécessaire à ce que je sois hospitalisée dans l'immédiat car je ne faisais pas partie des personnes dites " fragiles."

Après mon diagnostic, ils m'ont prescris du paracétamol, des antibiotiques appelés augmentin que je devais prendre pendant sept jours et un numéro à appeler en cas de difficultés respiratoires.

"Très vite j'ai compris que respirer allait devenir très difficile, mes poumons brûlaient de l'intérieur, chose qui devenait de plus en plus dur, la fièvre me plongeait dans un état de délire. Décidément, ce corps étranger ne semble pas connaitre le moindre répit"

Le plus dur dans tous ça, était de faire semblant que tout allait bien quand mes parents m'appelaient  pour me demander de mes nouvelles, je m'efforçais de dire que ça allait pour ne pas les inquiéter.

Seule, livrée à moi-même, je me contentais de suivre les consignes du médecin et quelques remèdes naturels pour soulager les symptômes. "J'utilisais un mélange de l'huile d'olive et du sel que j'appliquais sur tous le corps pour atténuer un peu la fièvre, du citron et du miel pour soulager la toux, je veillais également à bien m'hydrater avec de l'eau."

Ma souffrance a duré environ 20 jours mais dieu merci j'ai réussi à vaincre le coronavirus. Aujourd'hui je sais que les mesures de prévention n'ont pas été instaurées pour nous priver de notre liberté mais simplement pour nous protéger, c'est pourquoi il faut les respecter pour préserver nos vies et celles de nos proches.

Articles connexes

REJOIGNEZ-NOUS


Alternative content