Plateforme de la jeunesse
et de la societe civile
en Algérie

Bienvenu(e)s à la plateforme associative et participative Irada. Des espaces interactifs sont à votre disposition pour favoriser les discutions, partager des contenus et être informé des activités et des opportunités destinées aux acteurs de la société civile

Devenir membre

CISP Algérie lance une expertise pour l’analyse et l’étude sur la gestion des déchets médicaux, du plastique et des métaux ferreux


12.01.2022 15:00 746


Contexte général

A long terme, la gestion des déchets solides est l'un des principaux enjeux pour respecter l'environnement. Cela affecte aussi bien les pays industrialisés que les pays en développement. Avec la gestion de l'eau, la gestion des déchets constitue les deux principaux enjeux qui affectent le développement durable. Sur les 17 Objectifs du Développement Durable élaborés par les Nations Unies, l’environnement est traité par au moins 6 ODD, mettant en évidence sa transversalité et la nécessité de sa prise en compte comme étant un des enjeux les plus importants de notre ère.

Ainsi, le projet « Environnement & Résilience : Un environnement sain pour une meilleure qualité de vie dans les Camps de réfugiés sahraouis », a été pensé pour s’inscrire dans une réponse aux problématiques environnementales dans le contexte des camps de réfugiés sahraouis.

Le projet vise à accompagner les efforts déployés par les autorités locales pour soutenir l’amélioration de l’environnement de vie dans les Camps de réfugié•e•s Sahraoui•e•s à Tindouf (Algérie).

Le projet se donne pour objectif global de participer à l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être de la population réfugiée dans les camps de Réfugiés Sahraouis à travers les pratiques de gestion durable et amies de l’écologie.

Ses objectifs spécifiques étant de :

Soutenir les actions visant la mise en place de dynamiques de recyclage permettant l’employabilité et la professionnalisation dans le secteur

Renforcer les capacités des acteurs/actrices clés pour l’environnement dans la zone cible à travers la vulgarisation du tri

L’action s’articule autour de trois résultats (R) principaux :

  • R1 : « Renforcement du système de recyclage du plastique et du verre dans les camps de réfugiés sahraouis »,
  • R2 : « Les capacités des acteurs/actrices clés pour l’environnement dans la zone cible sont renforcées »,
  • R3 : « Des outils novateurs sont élaborés et des sensibilisations sont mises en place, pour répandre la culture des pratiques environnementales saines et responsables »,

La mission, objet de ces termes de références, s’inscrit dans le cadre de l’activité « Étude sur la gestion des déchets médicaux, du plastique et des métaux ferreux » qui concourt à la réalisation du premier résultat du projet.

Contexte spécifique 

Le contexte territorial des Camps de Réfugiés Sahraouis est singulier en particulier dans sa gestion. En effet, l’administration des 5 camps de réfugiés de Tindouf est conférée aux réfugiés eux-mêmes. Cette configuration gestionnaire d’une population de plus de 178 000 personnes, depuis plus de 45 années, survie exclusivement sur les fonds humanitaires attribués par les différentes agences onusiennes et organisations internationales. Cette situation socioéconomique oblige à la priorisation des axes d’intervention, ce qui malheureusement, réduit les fonds qui peuvent être consacrés à la protection de l’environnement et la gestion responsable et respectueuse de la nature, des déchets. Le manque de matériel et de structures dédiées à cela, font que les camps sont entourés de bennes et décharges sauvages, notamment des décharges domestiques et décharges des hôpitaux et centres de santé, avec une forte présence de déchets organiques (cadavres d’animaux). Ceci augmente de manière notable les maladies liées à l’insalubrité et la propagation par les insectes et autres facteurs, des différentes affections. Aussi, l’évolution des modes de consommation de la population se traduit par une augmentation des volumes des déchets dans un contexte de pénurie de moyens. En parallèle à cela, le constat social propre aux camps de réfugiés Sahraouis, démontre clairement que certaines pratiques de recyclage existent par la force des choses et afin de répondre aux besoins de base (exemple : récupération des bouteilles d’eau en plastique pour le lait de chamelle, récupération de pièces de voitures pour les enclos d’animaux, etc.). C’est pour cela qu’il est indispensable d’avoir une vision globale de la situation pour en dégager les problèmes principaux et pouvoir proposer des recommandations pour l’amélioration des conditions de gestion et de traitement des déchets dans les camps de réfugiés sahraouis.,

La mission, objet de ces termes de références, s’intègre dans le cadre des activités du projet intitulé « Renforcement de l’accès des enfants à un environnement ».

Description de la mission

Objectif de la mission

Dans le cadre du projet « Environnement & résilience pour une meilleure qualité de vie dans les camps de réfugiés sahraoui », nous visons à renforcer et participer à l’amélioration de la gestion des déchets dans les camps à travers une étude descriptive transversale et observationnelle qui devra évaluer l’état et les pratiques de gestion des déchets (tri, collecte, transport, stockage, élimination). L’étude sera réalisée par un consultant•e national•e et supervisée par le CISP en collaboration avec son partenaire exécutif, le ministère de l’Environnement et de l’eau Sahraoui.

2.2 Objectifs spécifiques :

  • Faire un état des lieux dans les cinq camps du système de collecte et de gestion des déchets.
  • Faire un état de situation des types des déchets existant dans les camps (en priorité les déchets médicaux, déchets de plastique, déchets de cadavres d’animaux, déchets ferreux)
  • Déterminer les priorités régionales en matière de renforcement de programme de gestion des déchets.
  • Élaborer une série de recommandations pour l'opérationnalisation de la gestion des déchets et le tri et qui pourraient être intégrées dans le plan stratégique local.

Ainsi, la mission doit inclure, également, les actions suivantes :

  • État des lieux des conditions de gestion et de traitement des déchets (en particulier : médicaux, plastique, déchets de cadavres d’animaux et acier léger) dans les camps de réfugiés sahraouis.
  • Impliquer les différents acteurs du secteur dans la réflexion et la validation des extrants.
  • Proposer une un plan de travail et une méthodologie claire pour la conduite de la mission qui sera validée par le CISP.
  • Proposer un questionnaire pour la collecte des données
  • Collecter et analyser les données et informations primaires et secondaires
  • Finaliser et soumettre un rapport de l’étude.

Un comité de pilotage sera mis en place. Il sera composé des principales parties prenantes (ONGI, UNHCR, autorités, donateurs.), qui apporteront leur contribution à des étapes clés, telles que la validation du rapport initial et le rapport final. L’objectif central est la validation collective des recommandations et une mise en œuvre de celles-ci de façon harmonisée et coordonnée.

2. 3 Activités

  • L’exploration et l’analyse de la documentation et des données pertinentes du contexte global et spécifique ;
  • L’identification des parties prenantes et de leurs rôles ;
  • Visites de terrain pour état des lieux ;
  • L’animation des focus group au niveau des 5 camps : Boujdour, Laayoune, Smara, Awserd et Dakhla avec les équipes locales, partenaires, bailleurs, bénéficiaires ;
  • L’entretien avec les équipes du projet, les partenaires institutionnels (ONG/I, Agences des Nations-Unies), les équipes locales et autres acteurs impliqués, en particulier les autorités de l’Environnement à différents niveaux ;
  • La rédaction d’un plan de recommandations.

L'analyse réalisée par le/la expert•e doit contenir les éléments suivants :

Note méthodologique

La méthodologie sera expliquée de façon concise en amont de la mission. L’échantillonnage ainsi que tous les instruments utilisés, l'ordre du jour des réunions seront élaborés et annexés au rapport final de la mission.

Expertise requise 

Un•e (01) expert•e court terme

Les candidat•e•s doivent avoir de préférence un diplôme en Ingénierie spécialisé en traitement des déchets, gestion et technologie de l'environnement ou des expériences cumulées équivalentes et remplir les conditions ci-après :

Qualifications et compétences

  • Titulaire d’un diplôme universitaire de post-graduation en Ingénierie de l’environnement ou de 10 ans d’expérience générale dans les secteurs WASH, Écologie et développement durable.
  • Avoir participé à au moins deux évaluations similaires dans le domaine de gestion des déchets et du recyclage.
  • Parfaite maîtrise du français aussi bien à l’écrit qu’à l’oral et excellente maitrise de l’arabe aussi bien à l’écrit qu’à l’oral
  • Excellente connaissance/expérience de l’Afrique du Nord, et de préférence le contexte des camps de réfugié•e•s sahraoui•e•s.
  • Parfaite maîtrise des outils bureautiques usuels (Word, Excel, Powerpoint)
  • Très bonnes compétences en termes de communication, présentation et négociation. 

Expérience professionnelle générale

5 ans d’expérience, minimum, professionnelle générale en appui et/ou accompagnement de projets de développement et/ou de coopération

Expérience professionnelle spécifique

  • Expérience avérée en conception d’analyses, de stratégies et évaluation de l’état de la gestion et du traitement des déchets (connaissance des méthodes de recherche qualitative et quantitative)
  • Expérience des systèmes de gestion des ressources humaines et matérielles dans le domaine de l’environnement.
  • Avoir réalisé au moins (02) deux analyses ou audits touchant les mêmes thématiques

Organisation et conditions de la mission

Lieu de la mission

L’Expert•e sera basé•e au niveau des bureaux du CISP dans les Camps de Réfugié•e•s Sahraoui•e•s à Tindouf (Algérie). Des missions sont prévues dans les 5 camps de réfugié•e•s.

Organisation de la mission

  • L’expert•e travaillera sous la supervision de la Cheffe de projet. Il/elle disposera de son propre ordinateur portable.
  • Une réunion préparatoire regroupant l’expert•e en charge de cette activité et, selon les disponibilités, le Directeur Pays (DP), la Responsable de thématique et la Cheffe du Projet en référence, aura lieu en amont de la mission.
  • Une réunion de débriefing clôturera la mission. Ce débriefing sera l’occasion pour l’expert•e de présenter la version initiale des livrables de la mission aux différentes parties prenantes

Dépenses accessoires

Les frais de déplacement de l’expert•e et les autres frais liés à la mission tels que les frais d’organisation et de logistique de tenue des sessions de focus group et formations sont régis par l’administration du CISP.

Les partenaires locaux prendront à leur charge la mise à disposition des salles nécessaires à la réalisation de la mission.

Durée et Période de mise en œuvre de la mission

Nombre de jours maximum requis pour la mission : 30 jours travaillés au total

Le démarrage de la mission est prévu à titre indicatif le 20 février 2022

Rapports / Livrables attendus

La liste qui suit n’est pas exhaustive et pourra être complétée au besoin, en fonction des objectifs et des activités de la mission :

  • Un PV de réunion préparatoire ;
  • Inception Report, incluant une feuille de route incluant la méthodologie d’intervention à transmettre au maximum 4 jours après le début de la mission sur la base de la documentation et des ressources mobilisées ;
  • Les comptes rendus de chacun des entretiens, focus group et réunions de travail à transmettre dans les 72 h ;
  • Le document d’analyse, d’évaluation et de recommandations ainsi que les outils ;
  • Un rapport initial d’évaluation ;
  • Un rapport final d’évaluation : Ce rapport final de mission et ses annexes (comprenant les livrables) est remis au plus tard 10 jours après le débriefing de fin de la mission.

Confidentialité

Il convient de suivre les pratiques éthiques de recherche avec les répondants. Cela inclut le consentement éclairé, la confidentialité des informations et le respect de la vie privée, le cas échéant. L’expert•e est tenu•e de respecter une stricte confidentialité vis-à-vis des tiers, pour toutes informations relatives à la mission ou des données collectées à cette occasion (aucune reproduction/diffusion de tous ou parties des rapports de mission n’est admise sans l’autorisation écrite préalable du Directeur Pays du CISP). Tout manquement au respect de cette clause entraînera une interruption immédiate de la mission. Cette stricte confidentialité reste de règle, sans limitation, après la fin de la mission.

Propriété intellectuelle :

Les rapports et autres produits de l’évaluation sont la propriété du CISP et de l’Ambassade de France en Algérie et ne pourront être partagés ou utilisés sans leur accord explicite.

Dossier à envoyer :

Tout•e condidat•e doit transmettre à l’adresse suivante (CISP_alg_camps@cisp-ngo.org) un Curriculum Vitae, Références d’employeurs précédents, tout travail / étude similaire. Et ce avant le 26 janvier 2022 à 23h59.

A noter que des mesures d’atténuation des risques devront être mises en place tout au long de l'exercice pour garantir que des attentes irréalistes ou des menaces sur les moyens de subsistance ne soient en aucune façon créées.

Articles connexes

Annuaire des associations

Alternative content